Réflexions autour du makeup shaming

En tant que blogueuse qui débute, je ne pense pas avoir eu le temps de vous parler de mes nombreuses et diverses passions, ou alors très brièvement dans mon article d’introduction. Parmi elles, le maquillage. Le maquillage, ce n’est pas juste se balader avec une frange de cils recouverte de mascara. Pour moi, il est une forme d’art doublée d’une manière de s’exprimer librement, et c’est une nana qui se rend au boulot avec des moustaches de chat grimées sur les joues qui vous le dit ! (Ne paniquez pas, il m’arrive de bosser dans l’animation des centres de loisirs ! mais je m’éloigne un peu du sujet !) Malheureusement, tout le monde ne pense pas d’une manière aussi ouverte… C’est notamment pour cette raison que j’ai choisi d’aborder aujourd’hui ce thème du maquillage, mais sous un angle un peu particulier, à savoir ses conséquences et ses répercussions négatives sur l’image de la femme. Autrement dit, de ce que l’on appelle le makeup shaming.
P1020191Sans vouloir énumérer toute une flopée d’arguments « féministes » (je n’ai pas les connaissances ni le recul nécessaire pour entrer dans ce genre de débat. Ni spécialement l’envie d’ailleurs), je souhaite cependant parler de mon expérience et partager quelques-unes de mes réflexions et idées sur le sujet. Car le makeup shaming croyez-moi, ça me taraude, m’intéresse et me touche depuis plusieurs années déjà. Donc sans plus attendre, je vais entrer dans le vif du sujet parce que j’ai beaucoup à dire !
Alors ! pour commencer avec le commencement, une définition s’impose. C’est simple, le makeup shaming n’est ni plus ni moins qu’une forme de discrimination. Et comme pour toutes les discriminations, elle est basée sur l’ignorance, les préjugés et la bêtise. En gros, lorsque l’on est victime de makeup shaming, on est jugé, critiqué, insulté voire même harcelé par des personnes qui ne nous connaissent parfois ni d’Eve ni d’Adam, et ça juste parce qu’on aime le maquillage et qu’on en porte ouvertement.
Je ne sais pas si cette définition est très claire, mais laissez-moi allez plus loin dans mon explication avec plusieurs exemples / préjugés édifiants sur le make-up shaming. Attention, c’est parti !
1. Tu aimes te maquiller ? tu sors obligatoirement les poubelles avec la panoplie fond de teint, faux-cils et gloss Chanel.
Bien-sûr. Avec des talons de 12 cm aussi. Pour stopper tout de suite la touche d’ironie, pas mal de personnes pense que quand une fille prête un minimum d’attention à son apparence, cela veut forcément dire qu’elle se maquille tous les jours et/ou qu’elle passe son temps la tête collée à un miroir. Non. Bien-sûr que non ! Personnellement, ce que les gens extérieurs à ma salle de bain et qui me critiquent ignorent, c’est que je ne me maquille à tout casser que 3 fois dans la semaine, voire moins. J’aime me pomponner pour sortir ou quand je vois mon homme, mais la plupart du temps, je suis la peau à l’air ! Se faire un ravalement de façade tous les matins, je sais pas vous, mais moi (et même si je suis une accro du rouge à lèvres) je trouve que c’est une perte de temps et d’énergie considérable. Alors oui, ce sera peut être un choc, mais je vais chercher le pain sans maquillage et les cheveux pas coiffés, je vais promener mon chien en jogging et je sors la poubelle en pyjama. Donc pour l’image de la nana apprêtée h24, on repassera merci !
2. « Avec tous tes produits, ta salle de bain doit ressembler à Sephora ! »
Soit dit en passant tout mon maquillage est dans ma chambre mais ça ne change rien au problème. Autant être honnête, j’ai plus de produits que la moyenne… mais pas autant qu’un maquilleur professionnel. Comme ça on est fixé ! Et pour info, ma chambre ressemblerait plus au rayon activités créatives de Pic Wic ou à celui des dvd de la FNAC, et j’ai juste envie de dire, « et alors ??! ».
3. « Tu dois dépenser dilapider des sommes folles tous les mois nan ? »
Euh… nan. Bien que ce point ne regarde absolument personne, la question des euros dépensés aux divers rayons beauté semble passionner les foules… Pour mettre les points sur les « i », j’ai beau avoir un immense tiroir et deux étagères remplis de palettes, de crèmes et produits capillaires en tous genres (accumulés sur plusieurs années je précise), j’ai aussi et avant tout le sens des priorités. Je sais que quand le salaire tombe, je préfère mettre une bonne partie de côté sur un compte bloqué que de dépenser l’intégralité chez Kiko. Dans la vie j’ai appris qu’il faut savoir profiter et se faire plaisir car rien n’est éternel. Il ne faut juste pas tomber dans l’excès, comme pour l’alcool et la bouffe en somme. Et puis pour rassurer les plus sceptiques, si un incendie devait se déclarer chez moi, je laisse tout mon makeup sur place pour sauver ma peau, et n’embarque à la limite que mon coffret collector du Seigneur des Anneaux. Mais c’est tout ! Je suis fan de makeup, pas de pulsions suicidaires.
4. « Cette nana avec son blush et son trait d’eyeliner, qu’est-ce qu’elle fait culcul ! une vraie fifille ! »
Ou alors… la fifille en question écoute du métal, carbure aux films d’action, est carrément accro aux Converses, jure comme un charretier, est adepte des doigts d’honneur au volant, et te mets la pâté à Tekken et au hockey sur table. Non mais sérieusement, l’archétype de la gravure de mode des années cinquante, nunuche, allergique au sport et incapable de faire autre chose que de se farder la tronche, ça va bien cinq minutes ! C’est pas parce qu’on aime un tant soit peu le blush rose qu’on est forcément fan de comédies romantiques guimauves, qu’on s’extasie à chaque fois devant notre reflet et qu’on ne fait pas la vaisselle par peur de se casser un ongle !
5. Tu mets du rouge à lèvres pour aller bosser ? tu ne prends pas soin de toi, non non. Tu es juste une salope.
Cet exemple entre en contradiction avec le précédent (on passe de la sainte ni touche à la roulure quand même !), mais dans le genre préjugé de bas étage, lui aussi est coriace. Personnellement, j’en ai entendu des vertes et des pas mûres par le passé ; qu’on m’ait insulté moi ou d’autres filles. Et dans le cas présent, makeup shaming et slut shaming, même combat ! Pour résumer la chose :
– « Pour qui tu te maquilles ? ton amant c’est ça ?? ». La seule explication logique qui puisse être quand une fille se pomponne de bon matin. Fille à rouge à lèvres, fille adultère c’est bien connu…
– Ah ben justement ! « Ton rouge à lèvres là, ça fait fille de joie ». Merci c’est justement l’effet recherché !
– Passons à l’aspect vestimentaire maintenant avec le célèbre : « Tu mets une jupe pour aller bosser ???? ». Ben oui quoi, j’allume tous mes collègues masculins depuis des mois, t’étais pas au courant ?
– Et pour finir cette liste non exhaustive : « On devine ton soutif avec ce tee-shirt. T’as l’air d’une strip-teaseuse comme ça. Ca fait salope, va te changer ». Ouh la ! deux compliments dans une même phrase, la chance ! Sans déconner, depuis quand la tenue d’une fille fait d’elle la pire des salopes ? Si une bretelle de soutien-gorge visible en plein mois de Mai vous offense messieurs (et mesdames), désolée mais je n’ai qu’une chose à vous dire : le Moyen-Age c’est fini, bienvenue en 2015 !
Plus sérieusement, le fait de mettre du mascara ou de porter une jupe (longueur dessus de genoux) ne fait pas d’une femme ce qu’elle n’est pas, à savoir : une allumeuse, une pute, une salope, une pouf, une greluche, une garce, une Marie couche-toi là et j’en passe. Bien sûr, dans le lot il y aura toujours une cagole maquillée comme une voiture volée dont les attributs et intentions seront repérables à quinze kilomètres à la ronde (l’exception qui confirme la règle ?). Mais si cette nana est heureuse comme ça, qui sommes-nous pour la juger ?
6. « Faut vraiment être débile pour aimer le maquillage quand même ! »
Peut-être. En tous cas autant que pour aimer collectionner les couteaux, les vrais faux katanas japonais made in China, et les fusils. Les armes à feu, la pêche, l’informatique niveau geek, la philatélie, le jardinage, le foot… autant de choses qui ne me passionnent absolument pas dans la vie et/ou que je trouve même stupides (j’ai moi-même des préjugés ; nobody’s perfect hein ?). Pour autant, vais-je aller critiquer ouvertement sur des blogs ou des forums les gens passionnés par ces sujets ? Vais-je leur claquer en pleine face que leur hobby c’est pour les bouseux ou les bourrins ? Non, même s’il m’arrive de le penser. Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas et tant mieux ! Alors pourquoi tant d’individus vont aller perdre leur temps à déblatérer des commentaires à la con sur les blogs mode et beauté ? Et pourquoi nous rabâche-t-on à la moindre occasion que nous sommes idiotes et futiles pour aimer le maquillage ou les chaussures ? Tout ça est vraiment limite si vous voulez mon avis. N’oublions pas que nous sommes dans un pays où chacun à le droit de s’exprimer (pour le meilleur et pour le pire) et d’aimer ce qu’il veut. Ainsi, j’aime le maquillage, toi tu as la passion de World of Warcraft… On est quitte !
7. « Pour être maquillée comme ça, elle a forcément  le QI d’une moule. »
Cet exemple est un peu dans la lignée du précédent, et c’est une des idées reçues que je préfère car tellement drôle ! Avoir la tare d’être une femme ne suffit pas, il faut encore qu’on nous rajoute des défauts dont celui d’être stupide. Et pour quelle raison ? parce qu’on aime prendre soin de nous et accorder un tant soit peu d’attention à notre apparence physique ? WTF ?!!?!??!! Aux dernières nouvelles, porter du fond de teint ou se faire épiler le maillot n’a jamais diminuer les compétences intellectuelles d’une femme. Il faut justement ne pas en avoir, de compétences intellectuelles pour penser un truc pareil ! Bien sûr il y aura toujours des exceptions comme je l’ai dit un peu plus haut. Le cliché de la blonde un peu bimbo qui n’a rien dans le ciboulot s’avérera faux à 99% des cas… Restera le 1%, la potiche qui donnera raison à tous les machos de la planète ! Que peut-on y faire ? Mais ce n’est pas une généralité, loin de là. Par exemple en ce qui me concerne :
– Je sais parler anglais et même distinguer pas moins de 6 accents différents.
– Je sais lire une carte et m’orienter n’importe où les doigts dans le nez.
– Je sais faire un créneau (j’ai juste la flemme de les faire).
– J’assure en dissertation de littérature ou en exposé de linguistique, je sais faire un arbre syntaxique complexe, lire l’ancien français, signer quelques rudiments de LSF.
– Je suis calée sur un nombre peu négligeables de sujets (parfois inutiles je ne vais pas le nier), entre autres : le cinéma, la géographie, les serpents, les volcans, la mode, l’histoire, la mythologie, les activités créatives et les grands jeux pour enfants et ados (#vivel’animation !)
– Et enfin, je suis invaincue au Trivial Pursuit depuis 11 ans !
Certes je ne sais pas changer une roue de voiture et je suis un cas désespéré en maths, mais je suis capable de situer Rabat et les Malouines sur une carte. Ipso facto, je n’ai peut-être pas le QI d’Einstein ni le talent de Voltaire, mais je n’ai pas l’intelligence d’un mollusque pour autant, et ce même quand j’ai du fards à paupières sur les yeux !
7. « Quand tu te maquilles ça fait pas naturel, c’est superficiel… » (bravo tu as bien révisé la liste de tes antonymes !)
Alors là ! voici THE critique la plus représentative des victimes de makeup shaming : le sempiternel argument de la superficialité ! Car oui, quand on aime se maquiller on est superficielle, c’est même prouvé scientifiquement pas vrai ? Et bien, à cet argument pourri, je répondrai juste… oui. Oui, aimer les tubes de rouges à lèvres, les palettes et le parfum fait de moi quelqu’un de superficiel. Mais dans ce cas, les personnes qui ont la passion du dessin, de la guitare, des moulins à café, de la déco ou même des pigeons le sont tout autant. J’estime que dans la vie, il n’y a qu’une infime quantité de choses essentielles ; les besoins vitaux et primaires si vous préférez. Ces derniers sont : respirer, boire et manger, dormir, se chauffer, un autre que passerai sous silence mais qui se résume aux vingt-troisième et troisième lettres de l’alphabet, et enfin, un minimum d’interactions humaines histoire de ne pas finir complètement siphonné. Tout le reste n’est pas nécessaire à notre survie, et donc par conséquent superficiel. Maquillage, chaussures, musique, réseaux sociaux, jardinage, cinéma, jeux de société, sport bref tout ce que vous voulez ! sont à mettre dans le même sac. Mais bien que toutes ces choses soient considérées comme stupides, futiles ou inutiles, elles nous caractérisent et nous passionnent, donc peut-être ne sont-elles pas si superficielles que ça en fin de compte :-).
Sur ces quelques exemples parmi tant d’autres de makeup shaming, j’arrive maintenant à ma conclusion…
Il y a quelques temps maintenant, quelqu’un m’a dit et je cite quasi mot pour mot : « ça te va super bien le rouge à lèvres foncé. Tu devrais en mettre plus souvent même si les gens pensent que c’est moche. Mets ce que tu veux, tu t’en fiches des autres ». Ce genre de conseil aurait pu être on ne peut plus banal… s’il n’était pas sorti de la bouche d’une enfant de 7 ans. Le jour où cette fillette de CP a prononcé ces mots, laissez-moi vous dire que j’étais sur le cul. Depuis de l’eau à coulé sous les ponts. Pourtant le conseil de la petite Amel résonne toujours dans ma tête (ça n’aurait pas été le cas si le dit conseil avait été celui d’un adulte), et pas seulement parce qu’ils font référence au maquillage. Loin de là ! Non, si ce conseil a profondément changé mon opinion, ma façon de penser et d’agir vis-à-vis des autres, c’est parce qu’il représente le fondement de la liberté d’expression et de la liberté d’être soi-même. Ca fait peut-être niais dit comme ça, mais c’est vrai.
Quoiqu’on fasse, qu’on dise ou qu’on soit, on sera toujours jugé. C’est bien dommage mais c’est comme ça. Je n’échappe d’ailleurs pas à cette règle : je suis montrée du doigt et j’émets des jugements sans savoir de temps à autres. Pourtant, il vient un moment où il faut jeter aux ordures tout ce que les autres peuvent penser de nous, et ne plus participer ne serait-ce que de manière passive à cette discrimination ambiante…
– Je suis une nana qui met du rouge à lèvres et une jupe pour aller bosser ? et alors ? je ne suis pas une salope à deux neurones.
– Je suis enrobée, en surpoids, obèse ? Oui.  Mais je ne mange pas au McDo tous les jours et si ça trouve, mon alimentation est bien meilleure que la tienne.
– Je suis arabe et musulman, mais pas terroriste.
– J’ai six enfants… et un emploi qui paye… et une grande maison à la campagne… et je n’attends pas que les allocs me tombent du ciel !
– Je suis chômeur, et si ça te pose un problème, sache que je passe ma p***** de vie à chercher du boulot et que je ne regarde pas M6 toute la sainte journée en pyjama une bière à la main et un paquet de chips dans l’autre.
Etc etc etc. Préjugés, méchanceté gratuite, ignorance et compagnie, encore et toujours.
J’en suis consciente, certaines formes de discrimination sont bien plus dures que d’autres. Etre persécuté pour sa religion est bien plus ignoble que d’être insulté à cause de son maquillage… Cependant, que l’on soit critiqué pour son physique ou son origine, il faut apprendre à réagir de la même manière : ignorer ces mots et actes qui nous touchent, ou du moins essayer de le faire. Mon mot de la fin sera donc celui-ci : suivons les conseils des petites filles de 7 ans ! Sachons faire fi des préjugés et des critiques non fondées. Tordons le cou aux clichés avec ironie et sarcasme. Faisons ce que nous voulons, ce que nous aimons. Tout le reste, on s’en balance ! (Ca fait plus qu’un mot mais bon, il fallait que ça soit dit). Et enfin, à vous, oui vous ! qui n’avez aucune ouverture d’esprit, qui critiquerez toujours quoi qu’il arrive et qui ne supporterez jamais ma couche de fond de teint, je ne vous dirais qu’une chose :
d4983a0cedc9e85c5f57f84fb990607dA bon entendeur salut !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s